1 min de lecture Agriculture

États généraux de l'alimentation : "Il faudra bien une loi", dit la Confédération paysanne

INVITÉ RTL - Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, assure que la survie du monde agricole passe par la régulation du secteur.

Julien Sellier L'invité de RTL Petit Matin Julien Sellier
>
États généraux de l'alimentation : "Il faudra bien une loi", dit la Confédération paysanne Crédit Image : SEBASTIEN SALOM-GOMIS/SIPA | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Julien Sellier
Julien Sellier Journaliste RTL

La filière agricole française va-t-elle enfin trouver un point d’équilibre ? C’est tout l’enjeu des États généraux de l’alimentation qui ont lieu en ce moment pour tenter de dégager un prix minimal de vente de produits agricoles afin d’assurer la survie du monde paysan. Alors que tous les acteurs du secteur sont actuellement réunis pour négocier la réorganisation de la filière agricole, l’industriel Michel-Édouard Leclerc affirme que la hausse du prix de vente des agriculteurs se traduirait par une augmentation du prix des produits alimentaires de 5 à 15%.

"À mon sens, il pose une bonne question : où va se passer la création de valeur ?", réagit prudemment Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, ce vendredi 29 septembre sur l’antenne de RTL. "Nous il nous semble qu'il faut aller très en profondeur dans l’étude des marges de chacun, qu'il faut avoir beaucoup de transparence dans la filière agricole", poursuit-il.

Une plus forte régulation nécessaire

Le porte-voix de la Confédération paysanne assure que la filière agricole ne sera pas viable sans une régulation plus forte. Il réclame donc l'interdiction de la vente à perte, ou des négociations transparentes pour définir la marge des transformateurs et des distributeurs.

À lire aussi
Le candidat Macron en visite au Salon de l'Agriculture 2017 confidentiels politique
Emmanuel Macron va recevoir des centaines d'agriculteurs à l'Élysée

"Contrairement à ce que disent Stéphane Travert et Emmanuel Macron, on ne pourra pas compter sur la bonne volonté des uns et des autres, il faudra bien une loi", prévient Laurent Pinatel. Le porte-parole balaye également les cris d’alarme de Michel-Édouard Leclerc : "Ce qu’on lui demande c’est de se dire que lui et sa holding peuvent peut-être se rémunérer un peu moins".

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Agriculture Industrie Distribution
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7790274963
États généraux de l'alimentation : "Il faudra bien une loi", dit la Confédération paysanne
États généraux de l'alimentation : "Il faudra bien une loi", dit la Confédération paysanne
INVITÉ RTL - Laurent Pinatel, porte-parole de la Confédération paysanne, assure que la survie du monde agricole passe par la régulation du secteur.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/etats-generaux-de-l-alimentation-il-faudra-bien-une-loi-dit-la-confederation-paysanne-7790274963
2017-09-29 07:57:00
http://media.rtl.fr/cache/7ol7a-R-pmwdVo3ma53ISQ/330v220-2/online/image/2017/0929/7790275303_laurent-pinatel-porte-parole-de-la-confederation-paysanne-le-13-avril-2017-a-muzillac.jpg