3 min de lecture Emmanuel Macron

Emmanuel Macron joue les pédagogues dans "Le Point"

REPLAY - Le président de la République a préparé la rentrée de son gouvernement en donnant une longue interview à l'hebdomadaire.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Emmanuel Macron joue les pédagogues dans "Le Point" Crédit Image : YOAN VALAT / POOL / AFP | Crédit Média : RTLNet | Date :
La page de l'émission
Amandine Begot
Amandine Begot et La rédaction numérique de RTL

L’interview-fleuve d’Emmanuel Macron dans Le Point est la star des kiosques ce matin : 16 pages d’entretiens, 22 avec les photos. L’entretien a eu lieu dans le bureau d'angle, au 1er étage de l'Élysée. Quand les journalistes du Point arrivent, le président se tient droit, sérieux, presque sévère : pas le temps de badiner, de s'étendre sur ses vacances marseillaises ou de s'interroger sur l'état de la presse comme l'auraient fait ses prédécesseurs. 

Emmanuel Macron semble aborder la chose avec la rigueur quasi chirurgicale de celui qui sait que chacun de ses mots, même le plus anodin, sera décortiqué. Sur sa table, deux téléphones fixes, des dossiers et un livre sur Angela Merkel, quelques notes aussi. Jamais ou presque, expliquent les journalistes, il n'y jettera un œil au cours de ces 2h30 d'entretien.
 
Le seul moment où Emmanuel Macron marque une pause, c'est quand nos confrères l'interrogent sur la récente mise en garde de François Hollande. "Il serait étrange, dit le chef de l'État, que l'impossibilité qui a été la sienne de défendre son bilan devant les Français puisse motiver une tentation, durant les années qui viennent, de le justifier devant les journalistes". Le président n'en dira pas plus et change de sujet ; le message est passé. Sera-t-il reçu 5 sur 5 ?

François Hollande sort de l'ombre

Pas sûr quand on lit Paris Match, qui nous raconte ce matin les coulisses de cette sortie de François Hollande, quand il a mis en garde son successeur la semaine dernière. "L'été où François Hollande a craqué" c'est le titre de cet article d’Éric Hacquemand. Ça faisait en effet des semaines et des semaines que l'ancien chef de l'état trépignait d'impatience. "C'était dur pour lui de se taire, je voyais qu'il n'était pas bien", confie Bernard Poignant son compagnon de route de l'Élysée. 

À lire aussi
Jérémy Decerle, président des Jeunes agriculteurs, le 24 janvier 2018 à Paris agriculture
Salon de l'agriculture : "L'accueil sera franc", préviennent les Jeunes agriculteurs

Depuis plusieurs semaines, son dernier Premier ministre, Bernard Cazeneuve, qui a fait vœu de silence, lui conseillait de prendre du recul, mais François Hollande bouillonne. Dès le début du mois de juillet, il envoie des textos à tout va à ses proches. D'abord lors du discours d'Emmanuel Macron à Versailles, devant le congrès :
"qu'est qui leur a pris", s'interroge François Hollande, "si j'étais Édouard Philippe, je ne ferais pas de discours de politique générale".

L'agacement monte encore un peu plus lorsque l'actuel gouvernement accuse le précédent d'avoir laissé des chèques en bois. "Ça manque d'élégance et c'est même mesquin", écrit-il à un ancien proche collaborateur
Hollande vexé, énervé d'autant que comme le note son ex-chef de cabinet adjoint il n'a pas le sentiment d'un échec sur le fond. Tous ceux qui le croisent décrivent un homme pugnace, décidé à défendre son bilan. C'est la condition même d'un hypothétique rebond. L'ancien président compte en tout cas bien occuper le terrain, rester au contact des Français.

Une annonce très politique sur "Le Bon Coin"

Le Courrier Picard relaie quant à lui une offre d'emploi plutôt cocasse qui a fait son apparition hier sur le bon coin. Christophe Dietrich, le maire sans étiquette de Laigneville , 5000 habitants, dans l'Oise propose un stage de deux mois aux députés récemment élus, intitulé de la petite annonce "Stage de découverte pour député novice". La description de l’emploi qui suit est assez corrosive : "Vous aurez l'honneur écrit l'élu d'assister à tous les rendez-vous du maire, vous irez à la rencontre des administrés, Âme sensible s'abstenir. Vous pourrez vivre au quotidien ce qu'est un désert médical à une heure de Paris. Christophe Dietrich met en garde contre les horaires, flexibles, il précise toutefois que le logement et la nourriture sont pris en charge par lui même. Je vous logerai gracieusement ainsi vous ne manquerez rien des éventuels appels d'urgence à 2h du matin".

Ce qui a poussé ce maire à publier cette annonce, c'est la récente décision du gouvernement autour des emplois aidés. "Ce matin, explique-t-il au quotidien, j’ai annoncé à une dame ce matin que son contrat ne serait pas renouvelé. Elle ne sait pas ce qu’elle va devenir. Je veux dit cet élu que le gouvernement prenne conscience que derrière cette décision se cachent des drames humains".

Dans sa commune, 17 contrats aidés sont concernés. Un salarié lui coûte 300 euros par mois pour 20 heures de travail : "Vous imaginez, si je dois créer 17 emplois en CDI, soit 17 multiplié par 20 000 euros ?" Il appelle les maires des petites communes à lui emboîter le pas. L’annonce, massivement partagée sur les réseaux sociaux, a déjà reçu quelques candidatures et le maire l'assure : ce n'est pas juste pour faire parler de lui, il attend sa nouvelle recrue de pied ferme.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Emmanuel Macron Le Point Élysée
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789902986
Emmanuel Macron joue les pédagogues dans "Le Point"
Emmanuel Macron joue les pédagogues dans "Le Point"
REPLAY - Le président de la République a préparé la rentrée de son gouvernement en donnant une longue interview à l'hebdomadaire.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/emmanuel-macron-joue-les-pedagogues-dans-le-point-7789902986
2017-08-31 11:34:00
http://media.rtl.fr/cache/OThhS5g__OLdcGcPTvZi-Q/330v220-2/online/image/2017/0829/7789880168_emmanuel-macron-le-29-aout-2017.jpg