3 min de lecture Économie

Dividendes versés aux actionnaires : François Lenglet répond au rapport de l'Oxfam

ÉDITO - Une étude, publiée lundi 14 mai par l'ONG Oxfam sur les profits des grandes entreprises du CAC 40, pointe la distribution des profits aux actionnaires. Elle fait réagir le journaliste François Lenglet.

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
Dividendes versés aux actionnaires : François Lenglet répond au rapport de l'Oxfam Crédit Image : AFP / Archives, ERIC PIERMONT | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et Loïc Farge

Oxfam nous explique que les grandes entreprises françaises (celles du CAC 40) ont donné, en 2017, 67% de leurs bénéfices à leurs actionnaires. Une part considérable donc. Surtout lorsqu'on la compare aux quelque 5% des profits qui ont été versés aux salariés sous forme de participation et d'intéressement. L'étude suscite donc le chœur habituel de cris indignés devant l'entreprise prédatrice, qui irait nourrir des actionnaires avides et ventrus. C'est aller un peu vite en besogne.

Rappelons d'abord ce qu'est un dividende. Chaque année, une partie des bénéfices de l'entreprise (67% en moyenne l'année dernière) est divisée équitablement entre tous les possesseurs d'actions. La somme qui est versée à chaque actionnaire, c'est le dividende.

Ce qui me défrise dans l'étude d'Oxfam, c'est d'abord un problème de méthodologie. Elle oublie les augmentations de salaires dans ces entreprises, qui ne sont pas comptabilisées dans les profits, et qui sont généralement comprises, chez ces géants, entre 2 et 4% de la masse salariale. Si l'on veut faire le compte de ce qui revient aux salariés dans la progression de 2017, il faudrait intégrer ces éléments, et ça changerait sensiblement les comptes.

À lire aussi
Alice entreprises
VivaTech 2018 : Alice, le robot collaboratif 100% limougeaud

Les dividendes sont taxés

Oxfam omet également de nous dire que ces profits génèrent aussi des impôts. C'est aussi une forme de redistribution. Les profits sont taxés deux fois. D'abord avec l'impôt sur les sociétés. Théoriquement, c'est 33,3% pour les grandes entreprises. Certes, c'est un taux théorique, qui peut être réduit avec des niches fiscales. Mais le produit brut de cet impôt pour 2018 est quand même estimé à une soixantaine de milliards, ce qui n'est pas rien.

Ensuite, les dividendes eux-mêmes sont taxés à 30% si le contribuable opte pour le nouveau régime. Cela représente encore une belle somme. C'est justement une forme de redistribution.

Oxfam omet de nous dire que les profits des actionnaires génèrent aussi des impôts

François Lenglet
Partager la citation

Oxfam nous dit que la France est le pays où la distribution de dividendes est la plus élevée ? Attention à ne pas oublier, là encore, une partie de la réalité. Pour un investisseur, c'est le rendement global qui compte, qui associe deux éléments : le dividende et la progression du cours de l'action en Bourse.

Or en France, les cours ont tendance à progresser moins qu'ailleurs, en particulier face aux valeurs technologiques américaines. Les entreprises françaises compensent avec davantage de dividendes, pour attirer les investisseurs.

Car c'est ça, le fait majeur : il y a une compétition mondiale des entreprises pour attirer l'argent. Surtout, alors qu'il n'y a que peu d'investisseurs en France, il faut aller les chercher à l'étranger. Et nos champions se battent, par exemple, contre des monstres. Apple, par exemple, va distribuer à elle seule plus de 80 milliards d'euros à ses propres actionnaires en 2018 ! Sur une seule année, Apple distribue beaucoup plus que la totalité du CAC 40 !

Obligation de séduire les investisseurs

C'est ça la compétition dans laquelle sont plongées les entreprises du CAC 40. Si vous ne séduisez pas les investisseurs alors que vous êtes côté, difficile de se financer et de se développer, impossible de racheter une autre entreprise.

Tout irait donc bien dans le meilleur des mondes ? Non, pas du tout. Je vous présente ici le monde tel qu'il est. Une entreprise n'a pas le pouvoir d'en changer ni les règles, ni les rapports de forces. Mais je suis le premier à critiquer, par exemple, les rachats d'actions massifs, qui sont une façon un peu absurde d'utiliser le capital.

Et quand Oxfam pointe l'écart grandissant entre la croissance des rémunérations des patrons et celles de leurs salariés, elle n'a pas tort.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Économie Marché Bourse
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7793388232
Dividendes versés aux actionnaires : François Lenglet répond au rapport de l'Oxfam
Dividendes versés aux actionnaires : François Lenglet répond au rapport de l'Oxfam
ÉDITO - Une étude, publiée lundi 14 mai par l'ONG Oxfam sur les profits des grandes entreprises du CAC 40, pointe la distribution des profits aux actionnaires. Elle fait réagir le journaliste François Lenglet.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/dividendes-verses-aux-actionnaires-francois-lenglet-repond-au-rapport-de-l-oxfam-7793388232
2018-05-15 10:31:00
https://cdn-media.rtl.fr/cache/lPweA_UapeDKUVb--dxKMQ/330v220-2/online/image/2018/0515/7793390527_oxfam-denonce-la-politique-de-dividendes-des-societes-du-cac-40.jpg