2 min de lecture Éducation nationale

Contrats aidés : pourquoi certaines écoles repoussent la rentrée scolaire

ÉCLAIRAGE - Confrontées à la réduction drastique des emplois aidés, certaines municipalités ont décidé de décaler de quelques jours la rentrée scolaire.

Des élèves d'une classe de primaire rentrent d'une récréation dans une école du groupe scolaire de Brossolette le 15 février 2013, à Mulhouse
Des élèves d'une classe de primaire rentrent d'une récréation dans une école du groupe scolaire de Brossolette le 15 février 2013, à Mulhouse Crédit : SIPA
ClaireGaveau
Claire Gaveau
Journaliste RTL

Le sujet fait largement débat depuis plusieurs semaines. Le 9 août dernier, la ministre du Travail, Muriel Pénicaud, critiquait ouvertement les contrats aidés jugés "coûteux" et "pas efficaces dans la lutte contre le chômage". Face à la gronde grandissante, le gouvernement a répliqué vouloir "mettre en œuvre une vraie politique de formation" et "créer les conditions d'un retour durable à l'emploi", selon les propos d'Édouard Philippe dans Le Parisien.

Le deuxième semestre a alors été marqué par une baisse importante du nombre de contrats aidés, justifiée par "une sous-budgétisation et une surconsommation" par la majorité précédente. De nombreux maires de France, ainsi que de nombreuses associations, se sont rapidement inquiétés de cette nouvelle situation alors que ces contrats aidés profitaient à 459.000 personnes en 2016.

Et à l'approche de la rentrée scolaire, ce débat se répercute sur les écoles maternelles et primaires notamment. Et de manière très concrète. Faute de contrats aidés, certaines municipalités ont décidé de repousser la rentrée scolaire. 

À lire aussi
Une école primaire, le 3 septembre 2013, à Paris éducation nationale
Semaine de quatre jours à l'école : "Ce n'est pas juste une logique comptable"

Un manque de moyens humains

Ainsi, à La Réunion, sur les 24 communes que compte le département, seules 6 ont ouvert leurs portes vendredi 18 août comme cela était initialement prévu. Les 18 autres ont attendu le mardi 22 août pour accueillir les enfants. Si la métropole était jusqu'à présent épargnée, un premier maire a fait entendre sa voix.

À Valorbiquet, une commune du Calvados, l'édile a ainsi annoncé que la rentrée scolaire serait repoussée au minimum d'une semaine. "Depuis le mois de mars, on prépare la rentrée 2017/2018 et on s'est dit qu'on allait reprendre cinq personnes en contrat aidé. Or fin juillet, on a découvert que tout était gelé pour l'instant", déplore Christelle Bacq-de-Paepe, au micro de RTL.

Nous n'avions pas les moyens d'encadrer les enfants correctement.

Christelle Bacq-de-Paepe, maire de Valorbiquet
Partager la citation

Mais pour la maire de la commune, embaucher cinq personnes est impossible financièrement. "Ces cinq personnes en CDD classique, cela représenterait un coût supplémentaire annuel de 67.000 euros pour la commune. C'est juste insupportable", explique-t-elle.

Dans cette situation, l'édile a pris la décision de ne pas ouvrir son école le 4 septembre, date officielle de la rentrée scolaire. "Nous n'avions pas les moyens d'encadrer les enfants correctement et moi, je ne veux pas prendre la responsabilité de mettre les enfants en danger", clame-t-elle sur RTL.

De nombreux emplois concernés

Du jour au lendemain, certains contrats aidés ont effectivement été annulés. Comme le révélait Libération le 17 août dernier, le ministère du Travail a en effet demandé aux préfets d'en finir avec les emplois aidés des entreprises et du secteur non marchand. Si l'Éducation nationale fait quelque peu exception avec le maintien de 50.000 contrats à la rentrée, c'est malgré tout 20.000 de moins qu'à la rentrée 2016.

En métropole, 8.568 postes seront disponibles en Île-de-France, 5.433 en Occitanie, 5.573 en Auvergne-Rhône-Alpes, 5.379 en Hauts-de-France, 3.673 en Paca.

Or, ces contrats sont largement utilisés dans les établissements scolaires. Comme le rappelle le site Le Café pédagogique, ces emplois aidés permettent de remplir des "fonctions indispensables de la cantine aux aides administratifs, en passant par les animateurs du périscolaire ou des aides aux transports et à la sécurité". 

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Éducation nationale Société Emploi
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7789860240
Contrats aidés : pourquoi certaines écoles repoussent la rentrée scolaire
Contrats aidés : pourquoi certaines écoles repoussent la rentrée scolaire
ÉCLAIRAGE - Confrontées à la réduction drastique des emplois aidés, certaines municipalités ont décidé de décaler de quelques jours la rentrée scolaire.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/contrats-aides-pourquoi-certaines-ecoles-repoussent-la-rentree-scolaire-7789860240
2017-08-28 13:50:00
http://media.rtl.fr/cache/cxFwVygNO2XP6lt-5jlOUw/330v220-2/online/image/2017/0103/7786566439_des-eleves-d-une-classe-de-primaire-rentrent-d-une-recreation-dans-une-ecole-du-groupe-scolaire-de-brossolette-le-15-fevrier-2013-a-mulhouse.jpg