4 min de lecture Campagne

Ces néoruraux qui veulent changer la campagne

REPLAY - Une enquête du Chasseur Français montre les effets parfois nocifs de l'arrivée des anciens citadins dans les régions rurales.

Amandine Begot La Revue de Presse La rédaction de RTL
>
Télécharger Ces néoruraux qui veulent changer la campagne Crédit Image : ANDREW BURTON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP | Crédit Média : Adeline François | Durée : | Date : La page de l'émission
Adeline François
Adeline François
Journaliste RTL

L'envie de quitter la ville concerne chaque année 100.000 citadins français. Mais parmi ces néoruraux, beaucoup oublient que la campagne est aussi un monde vivant et actif. Et les voici dérangés par le bruit d'un tracteur, les odeurs d'épandage, les cloches de l'église. Ils découvrent que la jolie vache est entourée de mouche et qu'elle fait des bouses. C'est Le Chasseur Français de février qui consacre une longue enquête à "cette campagne qui dérange les citadins". Car il y a de plus en plus de plaintes déposées par ceux que le mensuel appelle "les amateurs de nature morte". Bien sûr, ces plaintes relayées par la presse locale, ces histoires de clocher font sourire et alimentent les conversations au café du coin. Mais pas seulement. Elles divisent parfois un village tout entier et électrisent les relations entre habitants.

Le magazine cite plusieurs histoires comme celle de Michel et Annie. Ils vivent en Dordogne, et sur leur terrain il y a une mare qui avait été creusée il y a plus de 100 ans. Depuis, des dizaines de grenouilles y ont élu domicile. Et bien ils viennent d'être condamnés à reboucher la mare car les grenouilles faisaient beaucoup trop de bruit pour les nouveaux voisins. Michel et Annie ont même écopé d'une amende de 7.200 euros et 150 euros par jour si la mare n'est pas rebouchée. Leurs comptes bancaires ont été bloqués, ils n'ont plus que 500 euros pour vivre. Et le pire, c'est que leurs grenouilles sont une espèce protégée donc ils risquent finalement d'être encore plus lourdement condamnés par la Cour européenne s'ils rebouchent la mare. Merci les voisins. Le Chasseur Français conclut son dossier avec une citation d'Alphonse Allais : "On devrait construire les villes à la campagne, car l'air y est plus pur".

L'improbable succès d'une émission sud-coréenne

Deux mondes que tout oppose aussi en Corée. Depuis cinq ans, un talk-show d’un genre nouveau passionne les téléspectateurs sud-coréens. L'émission s'appelle "Imangap", "je viens à ta rencontre" en coréen. C'est M le magazine du Monde sous la plume de Harold Thibaut qui nous raconte l'improbable succès de ce programme où devant les caméras, des réfugiés venus de Corée du Nord racontent leur quotidien sous la dictature de Kim Jong-il : la misère, l’endoctrinement, les frasques du dictateur, mais aussi leur confrontation à un monde qu’ils ignoraient quand ils sont arrivés à Séoul.

À lire aussi
Le "Poste truck" ressemble à un camion classique, mais un comptoir est aménagé à l'arrière la poste
Après le food truck, le "Poste truck" : la Poste expérimente un guichet ambulant

Dans le public, des Sud-Coréens rient, pleurent, applaudissent. Une des responsables du programme explique que le succès de l'émission tient à ce mélange de proximité et d'éloignement qu'entretiennent les deux états, une même nation meurtrie par la division. "Nous sommes le même peuple, dit-elle, mais il y a pourtant quelque chose d'étranger qui nous sépare, nos vies sont différentes." Ce jour-là, une Nord-Coréenne vient expliquer que la teinture pour cheveux est illégale à Pyongyang. Face à elle, une Sud-Coréenne teinte en blonde : "Avec une couleur pareille vous vous feriez battre". Certains regrettent la théâtralisation  d'un sujet grave, d'autres se félicitent du regain d'intérêt de Séoul pour ces exilés. "Ma vie de Nord-Coréen" sous vos applaudissements, c'est à lire dans M le magazine du Monde.

La tache sur le CV immaculé de François Fillon

Dans la presse aussi ce matin, le "FillonGate" suite, et pas fin. "La meilleure des défenses, c'est l'attaque, et François Fillon a été très clair sur le plateau de TF1", constate Daniel Muraz dans Le Courrier Picard. Il démissionnera s'il est mis en examen. "En conciliant émotion, indignation et détermination, François Fillon a réussi cette première opération déminage", écrit également Guillaume Tabard dans Le Figaro. "Il a sorti la grosse artillerie car il sait qu'il joue gros", écrit Le Monde de cet après-midi. Oui mais "le mal est fait", peut-on lire dans Le Républicain Lorrain. "Quoi qu'il dise et quoi qu'il fasse, l'affaire Penelope est une tache sur le CV immaculé de François Fillon."

Dans La Charente Libre, Dominique Garraud se demande si François Fillon n'a pas eu l'incroyable légèreté d'ignorer un des adages favoris des politiques qui dit que lorsqu'on grimpe au cocotier, mieux vaut avoir les fesses propres. Dans Les Échos, Cécile Cornudet s'étonne de voir comme il a été facile d'aborder hier en off avec des figures des Républicains la question du désistement de François Fillon et du plan B. "La défense publique du camp Fillon est d'une insigne faiblesse", écrit Laurent Joffrin dans Libération qui fait sa une sur l'affaire, photo de François Fillon et sa femme, "Penelope l'assistée parlementaire".

Les Lillois indésirables dans l'Eurostar

Mais il y a l'autre emploi présumé fictif, celui qui lui a permis de toucher 100.000 euros en 20 mois à la Revue des deux mondes. Marianne, sur son site internet, publie ce matin les deux seules notes de lecture dont on trouve trace à la rédaction de la revue. Deux notes publiées en septembre et octobre 2012 et signées de Pauline Camille, le pseudonyme de Penelope Fillon. La première note fait 2.500 signes, c'est-à-dire 2.005 mots, la seconde en fait moins de 1.000. Penelope Fillon y recommande la lecture d'un livre L'étonnante aventure des brigands justiciers...

On termine avec la Voix du Nord. Est-ce l'effet du Brexit ? En tout cas, voilà deux mondes qui ne se comprennent plus. Le journal nous apprend ce matin que "les Anglais veulent moins de Lillois dans l'Eurostar de 17h56". Ce train relie Bruxelles à Londres en passant par Lille et les autorités britanniques ont décidé d'imposer à partir de lundi prochain des quotas de voyageurs s'arrêtant à Lille sur ce train-là en particulier. Pourquoi ? Pour des raisons de sécurité. Les Anglais craignent que l'arrêt en gare de Lille ne serve de point d'appui à des embarquements illicites. Donc à partir de lundi il n'y aura que 68 places pour les Lillois dans la seule voiture 18 avec sécurité renforcée à bord.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Campagne Société Rural
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786947703
Ces néoruraux qui veulent changer la campagne
Ces néoruraux qui veulent changer la campagne
REPLAY - Une enquête du Chasseur Français montre les effets parfois nocifs de l'arrivée des anciens citadins dans les régions rurales.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/ces-neoruraux-qui-veulent-changer-la-campagne-7786947703
2017-01-27 10:49:53
http://media.rtl.fr/cache/pnwERSxv-Eddg5Wrb8U9lQ/330v220-2/online/image/2015/0910/7779681976_l-heure-actuelle-deja-les-mares-et-trous-d-eau-parsement-le-village.jpg