1 min de lecture Salah Abdeslam

Attentats à Paris : le Conseil d'État rejette la demande de suspension de la vidéosurveillance de Salah Abdeslam

Cette demande ne porterait pas une "atteinte excessive" à la vie privée du seul survivant du commando du 13 novembre.

Franck Berton, avocat de Salah Abdeslam, à Paris le 27 avril 2016
Franck Berton, avocat de Salah Abdeslam, à Paris le 27 avril 2016 Crédit : MATTHIEU ALEXANDRE / AFP
109127536140888961261
Ludovic Galtier
et AFP

Le Conseil d'État a tranché. La plus haute juridiction administrative de France a rejeté ce 28 juillet la demande de suspension de la vidéosurveillance de Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos jihadistes du 13 novembre. D'après les juges, elle ne porterait pas une "atteinte excessive" à sa vie privée. "Ni la loi autorisant cette vidéosurveillance, ni son application au requérant (Salah Abdeslam, ndlr) ne (portent) une atteinte excessive à la vie privée de l'intéressé", estime dans un communiqué la plus haute juridiction administrative.

Une formation de trois juges des référés ont notamment "relevé que cette mesure se justifiait par le contexte d'attentats terroristes en France et la présomption que le requérant bénéficie du soutien d'une organisation terroriste internationale". Salah Abdeslam est actuellement en détention provisoire, dans l'attente de son procès, dans la prison de Fleury-Mérogis. Il a été placé sous vidéosurveillance continue le 17 juin dernier, après décision du garde des Sceaux Jean-Jacques Urvoas.

On est arrivé à un point de rupture

Claire Waquet, avocate de Salah Abdeslam
Partager la citation

Le détenu le plus surveillé de France avait saisi le Conseil d'État en évoquant une atteinte grave et manifestement illégale à sa vie privée. Deux caméras sont disposées dans sa cellule et d'autres ont été installées dans sa salle de sport et pour ses promenades. Il avait été débouté par le tribunal administratif de Versailles lors de sa demande en première instance. "On est arrivé à un point de rupture. On ne peut pas vivre à 100% sous la surveillance de Big Brother", avait expliqué Claire Waquet, l'avocate de Salah Abdeslam au Conseil d'Etat. "Je suis témoin pour l'avoir visité dix fois que Salah Abdeslam ne supporte plus cette vidéosurveillance", avait expliqué son autre avocat, Franck Berton.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Salah Abdeslam Terrorisme Conseil d'État
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7784262138
Attentats à Paris : le Conseil d'État rejette la demande de suspension de la vidéosurveillance de Salah Abdeslam
Attentats à Paris : le Conseil d'État rejette la demande de suspension de la vidéosurveillance de Salah Abdeslam
Cette demande ne porterait pas une "atteinte excessive" à la vie privée du seul survivant du commando du 13 novembre.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/attentats-a-paris-le-conseil-d-etat-rejette-la-demande-de-suspension-de-la-videosurveillance-de-salah-abdeslam-7784262138
2016-07-28 19:28:00
http://media.rtl.fr/cache/gQ8w3VpHW7Mfw42fn3zyEw/330v220-2/online/image/2016/0428/7783034683_franck-berton-avocat-de-salah-abdeslam-a-paris-le-27-avril-2016.jpg