3 min de lecture Français

78% des Français craignent une "explosion sociale"

Alors que l'Hexagone est au cœur d'une période de mobilisation nationale, un sondage Elabe révèle qu'une majorité de Français redoutent un nouveau "mai 68".

Une manifestation en marge de "Nuit debout" le 9 avril 2016 (illustration).
Une manifestation en marge de "Nuit debout" le 9 avril 2016 (illustration). Crédit : TRISTAN REYNAUD/SIPA
Ana Boyrie

"Ça va mieux", avait déclaré le président de la République François Hollande lors de son intervention télévisée du 15 avril dernier. Une affirmation que partagent peu de Français. En effet, 83% des personnes interrogées dans le cadre d'une enquête sur le climat social pour BFMTV ne sont pas d'accord avec cet optimisme dont fait preuve le chef de l'État. Si 40% des sympathisants de gauche approuvent ses propos, seulement 8% des proches de la droite sont de cet avis.

Les Français pensent non seulement que la situation ne s'est pas améliorée mais ils sont également inquiets pour l'avenir. Selon un sondage Elabe, diffusé jeudi 28 avril, près de huit Français sur dix (78%) estiment qu'il existe aujourd'hui en France "un risque élevé d'explosion sociale". Cette crise sociale refléterait "une multiplication de conflits sociaux voire un blocage du pays". Ce risque est réel pour 64% des proches de la gauche et 84% de ceux de la droite, relate l'enquête. 

Les syndicats de salariés perdent la confiance des Français

Les syndicats de salariés sont également touchés par une perte de confiance. Seules 28% des personnes interrogées leur font confiance pour défendre leurs intérêts, contre 72% d'un avis contraire. Chez les seuls salariés, la confiance dans les syndicats grimpe à 34%, contre 66% qui n'y croient plus. Cette étude intervient alors que le mouvement Nuit Debout va passer le cap de son premier mois

À lire aussi
Jean d'Ormesson Jean d'Ormesson
Jean d'Ormesson, le doyen des immortels de l'Académie française, décédé cette nuit à l'âge de 92 ans

S'y ajoute une nouvelle journée de mobilisation contre la loi Travail qui se déroule ce jeudi 28 avril dans tout le pays. Depuis quelques mois, les esprits s'échauffent. Les rues abritent de nombreux débordements, essentiellement de la part d'étudiants et de lycéens. Ces derniers ont à plusieurs reprises fait preuve de violence, afin d'exprimer clairement leur révolte. Cette atmosphère pesante mènerait-elle vers un mai 68 ? C'est ce dont redoutent une majorité de Français. 

Les étudiants de l'université de Caen menacés de redoublement

L'université de Caen est un exemple. Depuis deux mois, les bâtiments sont régulièrement occupés par les étudiants opposés à la loi El Khomri. Cependant, une annonce faite par le doyen de la fac irrite. En effet, le chef de l'établissement universitaire vient d'écrire aux étudiants pour les informer d'un risque de redoublement massif. Le blocage d'un vaste amphithéâtre complique la gestion des salles d'examen, devenue un véritable casse-tête. D'où ces risques de redoublement. 

Le président de l'UFR de droit et des sciences politiques, Thierry Le Bars, explique que "si un autre amphithéâtre venait à être occupé, il deviendrait difficile d'organiser les examens en question". Il dénonce notamment "une minorité de personnes" qui "prend en otage 2.700 étudiants". Il n'en veut pas pour autant à l'État mais bien au gouvernement qui selon lui "s'est laissé faire"

Les droits sociaux ne s'obtiennent qu'en gênant quelques personnes

Un étudiant à l'université de Caen
Partager la citation

Les circonstances font que de nombreux étudiants oscillent entre colère et anxiété. Comme l'explique un étudiant, ils ignorent si la session de rattrapage sera suffisante pour pouvoir valider leur année. "Cela rajoute un stress en plus, surtout si on n'est pas forcément près", confie-t-il. "Qu'ils luttent contre la loi Travail, d'accord, ennuyer des étudiants pendant leur période de partiels, je trouve ça un peu limite", dénonce-t-il. 

Du côté des bloqueurs, l'action est assumée. Ces étudiants ne semblent pas si concernés par la menace de redoublement. "Tous les droits sociaux ont toujours été acquis par des minorités, explique un étudiant. Les droits sociaux ne s'obtiennent qu'en gênant quelques personnes". La tension est palpable et ne cesse de monter. Aujourd'hui, la crainte serait de voir les pros et anti-blocage s'affronter

>
Les étudiants de l'université de Caen, menacés de redoublement à cause des mobilisations Crédit Image : Romain Boe / SIPA / RTL | Crédit Média : Julien Caillard | Durée : | Date :
La rédaction vous recommande
Lire la suite
Français François Hollande Mai 68
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7783027505
78% des Français craignent une "explosion sociale"
78% des Français craignent une "explosion sociale"
Alors que l'Hexagone est au cœur d'une période de mobilisation nationale, un sondage Elabe révèle qu'une majorité de Français redoutent un nouveau "mai 68".
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/78-des-francais-craignent-une-explosion-sociale-7783027505
2016-04-28 16:19:00
http://media.rtl.fr/cache/UEwSyApX0m3SWaG6IZGsMA/330v220-2/online/image/2016/0423/7782952760_une-manifestation-en-marge-de-nuit-debout-le-9-avril-2016-illustration.jpg