3 min de lecture Société

2017 : le vieillissement de nos centrales nucléaires, défi du prochain président

ÉDITO - La question de la fermeture de Fessenheim est restée sans réponse durant le quinquennat Hollande. Il va pourtant falloir prendre des décisions, car nos centrales vieillissent.

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
2017 : le vieillissement de nos centrales nucléaires, défi du prochain président Crédit Image : SIPA / M. Astar | Crédit Média : RTLnet | Date :
La page de l'émission
Martial You
Martial You et Loïc Farge

C'était déjà un des thèmes de campagne en 2012. Ce sera sans doute un des défis du prochain président : quelle place laisse-t-on au nucléaire dans les années qui viennent ? La question va se poser dès le prochain mandat. Ce ne sera plus une question politique, mais bel et bien une question économique. D'abord, à force de repousser la durée d'exploitation des centrales de dix ans arrive un moment où on atteint la date limite. Fessenheim aura atteint les quarante ans dès 2017. Le prochain chef de l'État devra donc trancher entre la prolongation de la durée de vie des centrales ou le passage à la transition vers des énergies renouvelables. Dans un cas comme dans l'autre, on parle d'un investissement de 50 à 100 milliards dans les années qui viennent.

On l'a vu au cours de ce quinquennat : il est très difficile de sortir du nucléaire pour la France. Le choix date du général de Gaulle. La France est le pays le plus nucléarisé au monde et on a acquis une véritable expertise dans le domaine. Le "made in France" est aussi du "made in Atomic".

En fait, il faudra dans les années qui viennent se sevrer de notre dépendance au nucléaire et au pétrole. Un chiffre traduit cette dépendance : les subventions publiques pour les énergies fossiles dans le monde (gaz, pétrole), c'est 10 millions d'euros par minute dans le monde. Mais, il faut bien se rendre compte que c'est l'avenir de la filière nucléaire en France qui est en jeu. Avec tous les emplois à la clé que cela implique.

À lire aussi
Emmanuel Macron le 3 mars 2016 Emmanuel Macron
"Je bois du vin midi et soir" : Macron exclut tout durcissement de la loi Evin

Sortir le nucléaire du giron d'EDF ?

On a beaucoup critiqué l'investissement lourd (environ 20 milliards) que va coûter la construction de deux réacteurs EPR à Hinckley Point, en Angleterre. Mais on est bien au coeur de notre problème. Si on ne prenait pas le projet Hinckley Point, la filière nucléaire était morte dans la foulée. Mais si on n'arrive pas à rendre Hinckley Point rentable d'ici 2023 (et on n'en est pas certain), alors la filière sera morte, et EDF/Areva avec dans moins de dix ans. C'est un peu comme si on était au volant d'une voiture qui n'a plus de frein et que tout l'effort consiste à éviter l'accident.

Quelle serait la solution pour le prochain président ? Peut-être - et c'est l'idée que certains proches de François Fillon proposent - sortir le nucléaire du giron d'EDF pour en faire une entité 100% publique. Le nucléaire est une compétence stratégique de l'État. Aujourd'hui, ce qui plombe EDF en bourse, ce sont justement toutes les annonces de retard sur les chantiers EPR et les incertitudes sur l'avenir des centrales nucléaires. EDF deviendrait alors un producteur d'électricité comme les autres, sans la gestion du parc nucléaire. Cela lui permettrait éventuellement de se concentrer sur le développement des énergies renouvelables.

On parle là d'une transition sur plusieurs décennies. Mais il faudrait quand même que la décision se prenne très vite. Et ça, c'est de la compétence de l'État. Ce qui est sûr, c'est qu'on ne peut pas continuer à empêcher EDF d'augmenter ses tarifs pour couvrir ses coûts de production (5% de hausse, c'est un peu plus d'un milliard de recettes supplémentaire par an) et, dans le même temps, de renflouer le groupe de 3 milliards quand il est en difficulté. Tout le monde y perd.

Toujours besoin de plus d'électricité

Reste que le renouvelable n'est pas rentable à l'heure actuelle. Aujourd'hui, ce qui coûte le plus cher à lancer comme programme, ce sont les éoliennes en mer. Mais ce serait une source de production quasiment continue. Dans les années 60, ce qui coûtait le plus cher, c'était le nucléaire. Mais le général de Gaulle avait fait le pari qu'à terme, le nucléaire offrirait l'indépendance énergétique à la France avec une électricité bon marché. On est sans doute à l'heure de ce nouveau pari.

Avec les voitures électriques, les villes intelligentes, le développement du numérique, le progrès aura encore plus besoin d'électricité qu'aujourd'hui. Mais avec les maisons et les objets connectés, on pourra aussi piloter la consommation d'électricité des villes pour éviter des pics de consommation. Qui plus est, on saura aussi bientôt utiliser les vieilles batteries des véhicules électriques pour stocker de l'énergie dans les habitats collectifs.

Tout cela doit permettre de donner une chance à la transition énergétique. Mais cela signifie qu'il faut "ubériser" le nucléaire, lui retirer son monopole. Avec les besoins à venir, on pourra peut-être faire un mix nucléaire/renouvelable et conserver notre souveraineté énergétique.

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Société Environnement Présidentielle 2017
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7786479491
2017 : le vieillissement de nos centrales nucléaires, défi du prochain président
2017 : le vieillissement de nos centrales nucléaires, défi du prochain président
ÉDITO - La question de la fermeture de Fessenheim est restée sans réponse durant le quinquennat Hollande. Il va pourtant falloir prendre des décisions, car nos centrales vieillissent.
http://www.rtl.fr/actu/debats-societe/2017-le-vieillissement-de-nos-centrales-nucleaires-defi-du-prochain-president-7786479491
2016-12-28 08:35:00
http://media.rtl.fr/cache/QauJhJ7p8Crlvj9r4zTv0A/330v220-2/online/image/2016/0307/7782232149_une-vue-de-la-centrale-nucleaire-de-fessenheim-dans-le-haut-rhin.jpg