Daniel Cohn-Bendit : "Mélenchon laboure sur les terres du FN"

Le leader d'Europe Ecologie, dont le mouvement va fusionner avec les Verts samedi à Lyon, répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi matin. Daniel Cohn-Bendit accusé Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de Gauche, de "labourer sur les terres du Front national", notamment à propos de l'Europe et de l'Allemagne. Il a, par ailleurs, estimé que les conditions n'étaient "pas tout à fait" réunies pour que la Gauche l'emporte aux prochaines échéances électorales en France.

>
Daniel Cohn-Bendit, leader d'Europe Ecologie : "Jean-Luc Mélenchon laboure sur les terres du FN" Crédit Média : Jean-Michel Aphatie Télécharger

Jean-Michel Aphatie : Bonjour, Daniel Cohn-Bendit.

Daniel Cohn-Bendit : Bonjour.

Samedi à Lyon, nous assisterons à la fusion non nucléaire d'Europe Ecologie, que vous avez inventée, et des Verts. Et on a l'impression de voir un pâté d'alouette, un peu d'Europe Ecologie noyée dans beaucoup de Vert, qui sont plus nombreux, plus structurés, plus politiques. On se trompe, Daniel Cohn-Bendit ?

Sur le nombre, vous vous trompez puisqu'il y a environ 15.000 personnes qui ont signé et qui ont adhéré à Europe Ecologie, qu'il y a environ 4.000 à 5.000 Verts, donc si même si ma mémoire est bonne et que l'école maternelle est loin, le chiffre n'y est pas.

Ce n'est pas la recette du pâté d'alouette traditionnel ! Non, vous avez raison.

Voilà. Deuxièmement, c'est vrai que les Verts sont structurés mais comme ils sont divisés, en courants, ces structures sont assez souples. Donc, je crois que le problème c'est que les Verts sont aussi désorganisés que ceux qui n'étaient pas Verts, et c'est un peu la tâche de l'avenir avec cette fusion d'organiser un parti réseau, une coopérative politique. C'est le débat d'organisation qui est encore devant nous. Disons que c'est la construction qui est encore devant nous.

Vous les qualifiez de "sectaires", les Verts, ce matin, dans "Le Parisien". C'est pas sympa, Daniel Cohn-Bendit ?

Il y a toute une tendance sectaire mais aussi il y a une tendance sectaire qui existe chez des Non-Verts. Les organisations pour des raisons même qu'on peut expliquer, attirent le sectarisme. Ce n'est pas simplement : vous avez des sectaires à l'UMP, au Parti socialiste, etc. Et justement, moi je me bats  pour qu'on ait une forme d'organisation souple qui existe réellement dans la société et c'est un des problèmes, la vie politique de parti est souvent très extérieure à la société même.

On a vu que quand on a appris que vous seriez consultant football sur Canal Plus, il y a des Verts qui ont dit : "Ce n'est pas sérieux !". Un responsable politique fait pas... C'est ça un peu leur sectarisme aussi.

Je ne suis pas consultant...

Ah, vous êtes quoi ?

Oui, si je suis consultant, je serais payé. Ce que je suis : je participe à des émissions de Canal Plus, donc ce n'est pas la consultant traditionnel.

Et vous avez été critiqué par des Verts, c'est ça ? Enfin, je voulais identifier là...

Oui, j'ai été critiqué par des Verts effectivement. Mais vous savez, ça, ça fait partie de la vie, il ne faut pas s'en faire !

D'accord.

Je veux dire, je m'amuse à parler de football, je trouve que... Vous savez, pendant neuf ans, j'ai été animateur d'une émission de télévision, d'animer une émission littéraire...

... En Allemagne, oui.
 
... Non, en Suisse. J'ai toujours été député et de temps en temps, je fais quelque chose pour mon écologie mentale.

Voilà. On peut faire plusieurs choses à la fois. Ce rassemblement qui n'a pas de nom encore, je crois, d'Europe Ecologie et des Verts, aura toujours Eva Joly comme candidate à l'élection présidentielle ou ça peut changer ?

Pour l'instant, Eva Joly est candidate ; Yves Cochet est candidat. Il y aura donc une primaire de l'écologie politique pour le candidat mais je crois pour l'instant, qu'Eva Joly sera la candidate et que c'est elle qui remportera la candidature pour être candidate aux présidentielles.

On n'a pas le nom de la nouvelle formation encore ?

Non puisqu'il y aura un vote ; il y a un vote qui a lieu électroniquement et sur place à Lyon. Moi je suis pour Europe Ecologie. Mais on verra. Il y a plusieurs mouvances et on verra après quel est le nom qui l'emportera.

Vous êtes plutôt Fillon ou plutôt Borloo ce matin, Daniel Cohn-Bendit ?

Ca m'est complètement  égal, vraiment complètement égal. Mais oui, puisque tout le monde dit que le Premier ministre, de toute façon, c'est Sarkozy...

C'est ce que vient d'expliquer Alain.

Vous me demandez : est-ce que vous aimez Sarkozy avec le costard de Fillon ? Ou avec le costard de Borloo ? Et je vous dis, ça m'est égal, le costard de Sarkozy ne m'intéresse pas.

Mais Jean-Louis Borloo, il a fait le Grenelle de l'Environnement, il a fait des choses que vous avez saluées. Donc, on pouvait imaginer que vous diriez ce matin : si Borloo est Premier ministre c'est mieux que si Fillon est Premier ministre.

Mais parce que si Borloo est Premier ministre, il sera le haut parleur de Sarkozy ; donc, de toute façon Borloo. Il y a plusieurs exemple où vous voyez qu'une politique de l'Environnement quand Sarkozy veut faire un beau discours lance, par exemple, le soir du Grenelle son intervention et qui est une intervention environnementale, où il mettait l'écologie au centre de la politique, six mois après, c'est le contraire. Donc, le problème ce n'est pas : est-ce que Borloo fait bien son travail ? Le problème, c'est que le Président de la République, Nicolas Sarkozy, décide sans demander quoi que ce soit, ni à son Premier ministre, ni à son ministre de l'Environnement.

Vous croyez que la Gauche peut gagner la prochaine élection présidentielle, Daniel Cohn-Bendit ?

En tout cas, elle peut gagner. Oui. Mais ce que vous me demandez : est-ce que vous êtes sûr que la Gauche va gagner ? Je vous dis non.

Ce n'était pas ma question.

Elle peut gagner...

Elle peut gagner...

Oui, mais à toutes les élections, l'Opposition peut gagner.

Ah oui, ça bien sûr, les urnes ne sont pas pleines avant les élections. Ca, vous avez raison.

C'est ce que je voulais dire.

Mais je vais préciser ma question : est-ce que vous pensez que les conditions politiques sont réunies pour qu'un candidat de Gauche à l'élection présidentielle en France en 2012 triomphe d'un candidat de Droite ?

Ah tout à fait.

Qu'est-ce qui manque ?

Il manque au Parti socialiste, et on le voit dans l'organisation des cantonales aujourd'hui, vraiment un changement dans la tête, idéologie. C'est-à-dire que la Gauche ne va gagner que si elle est capable de mettre en place un nouveau partenariat  des partenaires de la Gauche ; et je crois qu'aujourd'hui, on le voit dans les cantons, que le fonctionnement, par exemple, entre les écologistes et le Parti socialiste, dans beaucoup de cantons le parti socialiste reste hégémonique. Si le Parti socialiste se comporte de manière hégémonique, eh bien le climat  nécessaire d'unité pour battre Nicolas Sarkozy ne sera pas donné.

Qui c'est le meilleur candidat du Parti socialiste à votre avis ? Vous préfèreriez Strauss-Kahn ou Aubry ?

Moi je crois que les deux ont leurs avantages et leurs désavantages. Donc, c'est aux socialistes de décider. Pour nous, ça ne change pas...

J'aurais pu répondre ça...

La donne ne change pas ni avec Dominique Strauss-Kahn, ni avec Martine Aubry.

Vous parlez de la Gauche Mélenchon. Jean-Luc Mélenchon, c'est un allié pour vous ? Ses propos, tout ça ?

Enormément de problèmes avec Jean-Luc Mélenchon. Je dis franchement, Jean-Luc Mélenchon, quand on voit son livre, ce qu'il dit sur l'Allemagne, quand il parle de la "grande France", il veut même intégrer la Belgique, une partie de la Belgique : la Wallonie et Bruxelles, ce qui dit sur "les Boches" c'est insoutenable, c'est intolérable. Je trouve même que son discours, il va même labourer sur les terres du Front national.

Il va vous en vouloir pour dire ça, Daniel Cohn-Bendit !

Mais oui ; mais écoutez moi j'ai lu son livre et je dis : les Verts sont un parti pro-européen parce qu'ils disent : on a besoin de l'Europe ; ce que dit Mélenchon sur l'Europe, c'est indéfendable ; donc, ça va être très, très difficile... Et puis, des fois, il dit n'importe quoi. Je pourrais dire des heures sur Mélenchon, c'est-à-dire il ne m'intéresse pas tellement...

Oui ; on n'a pas le temps !

Et on n'a pas le temps.

Mais il dit n'importe quoi, quoi !

Alors moi, je suis très sceptique sur quelqu'un comme Jean-Luc Mélenchon.

Daniel Cohn-Bendit, très sceptique sur beaucoup de choses ! Bonne journée, Daniel Cohn-Bendit.

par Jean-Michel AphatieJournaliste RTL
Suivez Jean-Michel Aphatie sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7635763720
Daniel Cohn-Bendit : "Mélenchon laboure sur les terres du FN"
Daniel Cohn-Bendit : "Mélenchon laboure sur les terres du FN"
Le leader d'Europe Ecologie, dont le mouvement va fusionner avec les Verts samedi à Lyon, répondait aux questions de Jean-Michel Aphatie jeudi matin. Daniel Cohn-Bendit accusé Jean-Luc Mélenchon, président du Parti de Gauche, de "labourer sur les terres du Front national", notamment à propos de l'Europe et de l'Allemagne. Il a, par ailleurs, estimé que les conditions n'étaient "pas tout à fait" réunies pour que la Gauche l'emporte aux prochaines échéances électorales en France.
http://www.rtl.fr/actu/daniel-cohn-bendit-melenchon-laboure-sur-les-terres-du-fn-7635763720
2010-11-11 09:10:00