Salon de Genève : la voiture autonome, ce n'est pas pour demain

REPLAY / ÉDITO - Rien n'est vraiment prêt concernant les voitures qui se conduisent toutes seules.

Une voiture autonome (illustration) >
Salon de Genève : la voiture autonome c'est pas pour demain Crédit Image : Paul Guyonnet / RTL.fr | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

On va parler beaucoup de voiture cette semaine puisque le salon automobile de Genève va débuter dès mardi 1er mars avec les journées presse. Et on va rêver sur les voitures autonomes, ces voitures sans chauffeur. Pourtant, il faut s’attendre à... attendre un peu ces voitures du futur.

De plus en plus de constructeurs (surtout les Allemands) commencent à dire en coulisse qu’on a peut-être créé trop d’espoir sur ces voitures qui se conduisent toutes seules et qu’on risque maintenant de frustrer les acheteurs. Car rien n’est vraiment prêt. Il faudra sans doute attendre 2030 pour monter à bord de ces véhicules du futur et d'ici là, nous n’aurons pas une voiture autonome mais une voiture automate.

Assurer un vrai maillage

Pourtant, on en voit rouler, mais la révolution ne va pas se faire grâce à un saut technologique, mais par petit sauts de puces. Toutes les technologies devraient converger à un moment donné. Mais, pour l’instant, on cumule surtout les barrières.

La voiture autonome sera vraisemblablement électrique. Seulement, aujourd’hui, on sait qu’il faut encore trouver le moyen d’améliorer l’autonomie des véhicules et surtout le parc des bornes de recharges rapides. Les garagistes proposent d’ailleurs qu’on utilise leur réseau dans toute la France pour leur redonner une activité (là où autrefois on trouvait des stations services dans tous les villages) et pour assurer un vrai maillage.

Le renouvellement prendra des décennies

Ensuite, il va falloir inventer un nouveau code de la route et une nouvelle législation. Ça va prendre des années. Car qui sera responsable en cas d’accident ? La technologie défaillante ou le propriétaire du véhicule qui se sera cru autorisé à consulter ses mails pendant le trajet ? Enfin, il faudra aussi trouver un modèle économique. Est-ce qu’on sera encore propriétaire du véhicule ou juste utilisateur/loueur ?

Aujourd’hui, en France, l’âge moyen du parc est de plus de 8 ans. Tout le monde n’aura pas les moyens de changer son vieux diesel contre une voiture autonome. Le renouvellement prendra des décennies aussi parce que le business modèle des constructeurs restera majoritairement thermique pendant encore plusieurs années.

On va donc conduire des voitures presque autonomes. Renault-Nissan va en commercialiser 10 dans les 4 ans qui viennent. Elles existent déjà, elles sont capables de ralentir par rapport à la voiture de devant ou de garder une trajectoire, mais il y a toujours un volant et elles sont toujours incapables de rentrer sur la Place de l'Étoile à Paris.

Les grands acteurs vont devoir concurrencer la Silicon Valley

L’enjeu, c’est donc l’intelligence artificielle. Et là, il y a une guerre économique sans pitié qui est en train de se jouer. Et une course contre la montre pour les constructeurs. D’ailleurs, beaucoup reconnaissent déjà (un peu honteux) qu’ils ont maintenant plus intérêt à aller au salon des nouvelles technologies de Las Vegas (le CES) qu’au salon automobile de Détroit.

Car qui est le mieux armé pour apporter l’intelligence artificielle dans nos voitures qui sera la dernière pierre pour les rendre autonomes ? Qui en a la capacité financière ? Vous les connaissez et ils ne sont pas constructeurs de voitures. En tout cas pas totalement. Ils ne sont pas nés à Détroit. Ils s’appellent Google, Microsoft ou Apple.

Pour les grands de l’automobile, la concurrence est là et si les grands acteurs mondiaux veulent rester autonomes et vivants, ils vont devoir s’allier pour devancer ces géants de la Silicon Valley. Certains vont sans doute disparaître. Mais finalement, l’histoire automobile a toujours connu ça.

La rédaction vous recommande
par Martial YouJournaliste RTL
Suivez Martial You sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7782116621
Salon de Genève : la voiture autonome, ce n'est pas pour demain
Salon de Genève : la voiture autonome, ce n'est pas pour demain
REPLAY / ÉDITO - Rien n'est vraiment prêt concernant les voitures qui se conduisent toutes seules.
http://www.rtl.fr/actu/conso/salon-de-geneve-la-voiture-autonome-ce-n-est-pas-pour-demain-7782116621
2016-02-29 13:00:00
http://media.rtl.fr/cache/RDo0GEjT8FDjl25QDquO1g/330v220-2/online/image/2015/0909/7779664015_bord-de-la-premiere-voiture-autonome-a-rouler-en-france.jpg