Martin Bouygues : "Tout n'est pas à vendre. Une entreprise n'est pas une marchandise comme une autre"

REPLAY / INVITÉ RTL - Le PDG du groupe Bouygues explique les raisons du refus de l'offre de rachat formulée par SFR.

Martin Bouygues, invité de RTL, le 24 juin 2015 >
Martin Bouygues : "Tout n'est pas à vendre" Crédit Image : Alice Beckel / RTL.fr | Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

Martin Bouygues a finalement rejeté l'offre de dix milliards d'euros de SFR pour le rachat de Bouygues Telecom. "Tout n'est pas à vendre. Une entreprise n'est pas une marchandise comme une autre, explique le PDG du groupe Bouygues. Tout n'est pas une histoire d'argent". Selon lui, Bouygues Telecom "a recréé un projet d'entreprise pour Bouygues Telecom avec beaucoup de sacrifices pour les salariés" et propose "des offres crédibles et fortes". Le patron se réjouit de "la conquête forte de nouveaux clients" de son entreprise depuis quelques mois.

"Dans le fixe, notre offre déstabilise nos concurrents. Je comprends que ça les énerve et qu'ils cherchent à nous faire disparaître", estime-t-il. Selon lui, l'offre de Patrick Drahi se serait heurtée aux autorités de la concurrence qui "surveillent, contrôlent et administrent le marché français". "Elles auraient leur mot à dire si l'on passait de 4 à 3 (opérateurs de téléphonie, ndlr) et imposeraient ce que l'on appelle des remèdes. Je ne vois pas comment M. Drahi pourrait monter un financement sérieux et mettre en place des remèdes".

S'il a été reçu par François Hollande au moment de l'étude de l'offre de SFR, Martin Bouygues nie toute pression politique sur ce dossier. "Ils m'ont laissé assumer le choix que je devais faire", assure-t-il, rappelant que le conseil d'administration du groupe Bouygues a pris sa décision "à l'unanimité". Une preuve, selon lui, que les stratégies de Bouygues Telecom "sont bien comprises par les membres du conseil".

Martin Bouygues explique par ailleurs que le gouvernement ne disposait pas de toute manière de véritables moyens de pression. "Le poids des commandes publiques (dans le chiffre d'affaires de Bouygues, ndlr) n'est pas si important. Plus de la moitié de notre chiffre d'affaires est fait à l'international et la commande publique représente le tiers de la moitié restante". Et le PDG de douter de l'intérêt de réaliser des groupements d'entreprises sur le marché de la téléphonie : "Je ne vois pas en quoi ça fait baisser les prix".

La rédaction vous recommande
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7778854614
Martin Bouygues : "Tout n'est pas à vendre. Une entreprise n'est pas une marchandise comme une autre"
Martin Bouygues : "Tout n'est pas à vendre. Une entreprise n'est pas une marchandise comme une autre"
REPLAY / INVITÉ RTL - Le PDG du groupe Bouygues explique les raisons du refus de l'offre de rachat formulée par SFR.
http://www.rtl.fr/actu/conso/martin-bouygues-tout-n-est-pas-a-vendre-une-entreprise-n-est-pas-une-marchandise-comme-une-autre-7778854614
2015-06-24 07:59:00
http://media.rtl.fr/cache/icW0TteFGbZrtYfLPb_zYQ/330v220-2/online/image/2015/0624/7778854630_martin-bouygues-invite-de-rtl-le-24-juin-2015.jpg