1 min de lecture Économie

La crise vaut son pesant d'or

Les bureaux de change parisiens connaissent une vague inhabituelle d'achats de pièces d'or et de lingots à la faveur des incertitudes qui entourent la croissance mondiale et les dettes souveraines dans la zone euro comme aux États-Unis. Valeur refuge par excellence, l'or protège d'un éclatement de l'euro ou des conséquences des restructurations des dettes des États, tout en étant un rempart contre l'inflation et les tensions géopolitiques. "J'anticipe la future crise, je pense que l'or peut monter", déclare Rachid, barman à Paris, après avoir dépensé plus de 2.000 euros à l'achat de "lingotins".

studio-rtl
La rédaction numérique de RTL
et Cindy Hubert

Le prix de l'or a battu jeudi un nouveau record en franchissant le seuil symbolique des 1.800 dollars l'once, une hausse exceptionnelle à mettre sur le compte du mouvement de panique qui secoue les marchés.

Si certains particuliers parient sur l'or et l'argent comme Xavier, policier dans la fonction publique, qui accumule des métaux précieux depuis avril 2010, le constat est général sur la désillusion du système mondial. "On va vers une récession économique et, l'immobilier étant trop cher, on se rabat sur l'or", commente Yves, retraité de l'armée.

Quant à Samuel, médecin à Paris, il avoue venir se renseigner pour la première fois pour acheter de l'or. "On a peur que le système s'écroule et on aura plus de repères", dit-il.

D'autres, également inquiets de ce que sera demain, souhaitent tirer profit des cours élevés de l'or pour vendre leurs biens en or acquis le plus souvent par héritage. Munis de leurs précieux trésors, ils cherchent le meilleur filon, de peur d'être arnaqués sur internet.

Un professionnel de l'or rue Vivienne, où sont concentrés la plupart des négociateurs de métaux précieux de Paris, remarque la présence de "clients qu'on ne voit jamais et de toutes les classes sociales". "Les gens sont paniqués avec ce qui se passe", observe-t-il. "C'est la première fois que je vois des files d'attente, je n'ai jamais vu ça", s'étonne Romain, un collectionneur habitué à fréquenter la célèbre rue parisienne.
   
CPoR devises, premier intervenant sur le marché physique de l'or en France, le reconnaît aussi. Depuis la mi-juillet, son activité connaît "une augmentation du volume de transactions à l'achat et à la vente de 50% au niveau journalier", relève François de Lassus, porte-parole de la société. "On a une tendance nette acheteuse", ajoute-t-il.
   
Les investisseurs se portent sur tous les produits, notamment le produit phare comme le napoléon, mais aussi la gamme de "lingotins" de 50 à 500 grammes lancée par CPoR Devises en novembre 2010 pour combler le vide entre les pièces et le lingot d'un kilogramme et dont le cours a franchi la barre des 40.000 euros. "Nous avons dépassé mardi la tonne d'or de lingotins (vendus). Les unités les plus recherchées sont les 50 et les 100 grammes", précise François de Lassus.
   
CPoR devises estime qu'au niveau de l'or, "on reste sur un marché haussier, même si on n'est pas à l'abri d'une correction".

Le métal jaune est plus cher pour la première fois depuis 2008 que le platine, traditionnellement plus élevé en raison de sa rareté. La hausse de l'or dépasse 23% depuis le début de l'année, et plus de 400% en 10 ans.
   
"Le Napoléon valait 130 euros il y a deux ans, il en vaut aujourd'hui 280 euros, on est dévalisé", constate un vendeur de la rue Vivienne.

(Avec AFP)

Lire la suite
Économie Finances Banques
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7709991285
La crise vaut son pesant d'or
La crise vaut son pesant d'or
Les bureaux de change parisiens connaissent une vague inhabituelle d'achats de pièces d'or et de lingots à la faveur des incertitudes qui entourent la croissance mondiale et les dettes souveraines dans la zone euro comme aux États-Unis. Valeur refuge par excellence, l'or protège d'un éclatement de l'euro ou des conséquences des restructurations des dettes des États, tout en étant un rempart contre l'inflation et les tensions géopolitiques. "J'anticipe la future crise, je pense que l'or peut monter", déclare Rachid, barman à Paris, après avoir dépensé plus de 2.000 euros à l'achat de "lingotins".
http://www.rtl.fr/actu/conso/la-crise-vaut-son-pesant-d-or-7709991285
2011-08-12 11:00:00