Hausse des tarifs bancaires : le "théorème du timbre-poste" en action

REPLAY / ÉDITO - Au moment où l'argent ne leur coûte pas très cher, les banques vont facturer les bons élèves qui n'ont aucun problème. Plus besoin de découvert pour payer des agios !

Martial You >
Hausse des tarifs bancaires : le "théorème du timbre-poste" en action Crédits Média : RTL | Durée : | Date :
1/

Il n'y a plus de doute possible : les grandes banques françaises vont toutes nous facturer la tenue de nos comptes courants à partir du 1er janvier prochain. Ce sera quelques euros par mois. Quand on en discute avec quelques patrons de ces établissements, ils vous disent en souriant que c'est moins hypocrite et que l'on payait déjà. Ce n'est pas faux, mais c'est quand même un changement notable. Payer pour un découvert ou une opération de virement vers une banque étrangère, c'est payer pour un accident, un événement exceptionnel ou une sortie de route budgétaire. Et ça continuera d'exister. Mais là, on parle de payer, tous les mois, pour ce qui va bien, pour le non-événement.

De moins en moins de monde dans les agences

Les banques auraient besoin de refaire de la trésorerie sur le dos des clients ? Même pas ! Elles se plaignent des nouvelles règles européennes du comité de Bâle qui les obligent à avoir plus d'argent en caisse qu'avant. Mais en réalité, en ce moment, avec la politique de la Banque centrale européenne, l'argent est quasiment gratuit pour les banques. Si on paie quelques euros quand l'argent est bon marché, qu'en sera-t-il quand la BCE remontera ses taux d'intérêts ? Et d'une façon plus globale, vous avez déjà vu une taxe (même petite) qui baissait au fil du temps ?

Cette décision se retrouve chez toutes les grandes banques. Il faut parler du "théorème du timbre-poste". Il y a de moins en moins de monde qui écrit. Alors pour compenser la perte d'argent, on autorise La Poste à augmenter le prix du timbre. Ce sera encore le cas, le 1er janvier prochain. Du coup, les gens écrivent encore moins de courrier et vont sur Internet. Du côté des banques, il y a de moins en moins de monde dans les agences. On passe par Internet pour les opérations courantes. Donc on rend payantes les opérations courantes.

On crée une grogne sociale sourde chez une partie de la France qui en a assez de payer à chaque fois

Martial You

Les agences, loin de disparaître, vont se spécialiser et monter en gamme (même si la Société Générale a indiqué qu'elle allait en fermer un quart dans les années qui viennent). Il va falloir des agents mieux formés qui seront dédiés exclusivement à la gestion des professionnels, ou à l'immobilier, ou encore à la gestion de fortune. Pour tout le reste, il y aura Internet. Mais déployer des outils numériques performants et avoir du personnel plus qualifié, cela coûte de l'argent.

L'idée est de pousser les clients vers les banques 100% en ligne. Ces banques-là offrent les services du quotidien avec des tarifs très bas, voire gratuits, comme l'octroi de la carte bleue par exemple. Ce n'est pas un problème pour les grandes banques, puisqu'elles possèdent bien souvent une banque en ligne qui ne se développe pas toujours au rythme souhaité (Boursorama appartient à la Société Générale, et HelloBank à la BNP Paribas).

Les classes moyennes encore lésées

Mais cela va surtout trier les clients. Les plus pauvres ou les plus jeunes iront vers les banques en ligne (c'est déjà le cas). En revanche, quand il s'agira de monter son entreprise, d'acheter une maison ou de faire de la desfiscalisation, ces clients se tourneront vers les banques traditionnelles qui auront le personnel qualifié, et surtout une image plus rassurante. La tenue des comptes va donc avoir quelle conséquence au final ? Pour les plus riches, cela ne changera rien : ils paient déjà un forfait pour avoir un conseiller clientèle dédié qui s'occupe d'eux. Pour les plus pauvres, la gestion du compte en banque restera gratuite (ce sera une sorte de forfait social).

Là où la tenue de compte va vraiment devenir payante, là où ça va se ressentir, c'est sur les classes moyennes (encore elles !) : celles qui ont subi les hausses d'impôts, celles qui n'ont pas eu d'augmentation de salaire. C'est ennuyeux, car on est en train de créer une grogne sociale sourde chez une partie de la France qui en a assez de payer à chaque fois et d'avoir le sentiment qu'elle perd à tous les coups.

La rédaction vous recommande
LoïcFarge42
par Journaliste RTL
Suivez Loïc Farge sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

article
7780968993
Hausse des tarifs bancaires : le "théorème du timbre-poste" en action
Hausse des tarifs bancaires : le "théorème du timbre-poste" en action
REPLAY / ÉDITO - Au moment où l'argent ne leur coûte pas très cher, les banques vont facturer les bons élèves qui n'ont aucun problème. Plus besoin de découvert pour payer des agios !
http://www.rtl.fr/actu/conso/hausse-des-tarifs-bancaires-le-theoreme-du-timbre-poste-en-action-7780968993
2015-12-22 08:33:00
http://media.rtl.fr/cache/NMrwaaDhgGDgqUdvvTcYgg/330v220-2/online/image/2014/1217/7775923025_martial-you.jpg