3 min de lecture Défense

DCNS profite des besoins militaires de l'Australie dans un Pacifique Sud explosif

REPLAY / ÉDITO - Le méga contrat signé par DCNS avec l'Australie provient de besoins militaires accrus dans un Pacifique Sud explosif.

François Lenglet Lenglet-Co François Lenglet
>
DCNS profite des besoins militaires de l'Australie dans un Pacifique Sud explosif Crédit Image : CHARLY TRIBALLEAU / AFP | Crédit Média : RTL | Date :
La page de l'émission
François Lenglet
François Lenglet et La rédaction numérique de RTL

Le contrat du siècle. C’est une expression souvent utilisée, mais cette fois-ci, elle semble particulièrement adaptée. C’est à coup sûr l’un des plus gros contrats militaires jamais gagnés par la France : 34 milliards d’euros, pour la construction de 12 sous-marins vendus à l’Australie. C’est le groupe DCNS, industriel français de l’armement naval, qui a obtenu cette victoire cette nuit, face à des concurrents allemands et japonais. Il s’agit d’un contrat qui ne sera finalisé qu’en 2017, après des négociations désormais exclusives entre la France et l’Australie. Un contrat qui courra sur un demi-siècle, avec la livraison des sous-marins de propulsion classique, c’est-à-dire motorisés au diesel, qui interviendra à la fin des années 2020. 

La part française du contrat est évaluée à 8 milliards d’euros, car dans tous ces méga contrats, il y a une part locale considérable, c’est l’une des conditions pour obtenir la commande, surtout lorsqu’elle émane d’un acheteur public comme un État. L’Australie était évidemment très désireuse de faire tourner ses propres chantiers navals. Mais il y a quand même plusieurs années de travail pour les chantiers français, en particulier à Cherbourg, Nantes et Lorient. 

Le jackpot pour DCNS

Pour donner un ordre de grandeur, le chiffre d’affaire annuel de DCNS est de 3 milliards, 8 milliards, c’est donc un montant considérable. Non seulement pour DCNS group, mais pour tous ses sous-traitants français. C’est toute une filière industrielle qui va en profiter. DCNS, c’est l’une des réussites de l’économie mixte à la française, associant l’état, qui possède les deux tiers du capital, et le privé, le groupe Thalès, ex-Thomson. L’histoire du groupe remonte à la création des arsenaux français, au début du XVIIe siècle, sous Louis XIII, pour mettre sur pied une marine qui protège le pays et serve ses ambitions géopolitiques

À lire aussi
Le président de la République Emmanuel Macron lors de ses vœux aux armées, le 19 janvier 2018 à Toulon. société
Service national universel : "C'est beau, mais c'est flou !", tonne Alba Ventura

Dans les années 1950 et 60, ces chantiers navals mettront au point les sous-marins nucléaires, le fer de lance de la force de dissuasion française voulue par le général de Gaulle. Aujourd’hui, DCNS est une entreprise de 13.000 personnes, réparties sur dix sites en France, qui exporte le tiers de son chiffre d’affaires. Finalement, nous avons au moins une industrie qui se vend bien à l’étranger.

L'armement, fleuron de l'industrie française

Oui, l’armement français est resté un domaine d’excellence. Alors que d’autres secteurs industriels de pointe, les télécoms avec Alcatel ou l’énergie avec Alstom, se sont effondrés, passant sous la coupe de leurs concurrents étrangers, les fabricants d’armes français ont su préserver leur avance technologique et figurent parmi les meilleurs du monde, aux côtés des Américains et des Russes. En 2015, la France aura vendu près d’une vingtaine de milliards d’euros de matériel militaire. 

Et si l'Australie a autant besoin d'une marine forte, c'est parce que le Pacifique sud est devenu l’une des régions les plus explosives de la planète, à cause de l’agressivité croissante de la Chine, qui multiplie les revendications territoriales sur les îlots frontaliers. Pékin est obsédé par le contrôle des mers, pour protéger son approvisionnement en matières premières, et veut contrer la forte influence des États-Unis. Toute la région a peur, et s’est lancée dans une course aux armements. Il y a des siècles, c’était autour de la Méditerranée que les ambitions régionales s’affrontaient. Plus récemment, au XIXe et XXe siècle, les guerres s’organisaient autour de l’Atlantique. Désormais, la mer de tous les dangers, c’est le Pacifique, qui n’a jamais aussi mal porté son nom. Comme toujours, les foyers de conflits se déplacent là où est la croissance

La rédaction vous recommande
Lire la suite
Défense Économie Australie
Restez informé
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

500 caractères restants

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7782987523
DCNS profite des besoins militaires de l'Australie dans un Pacifique Sud explosif
DCNS profite des besoins militaires de l'Australie dans un Pacifique Sud explosif
REPLAY / ÉDITO - Le méga contrat signé par DCNS avec l'Australie provient de besoins militaires accrus dans un Pacifique Sud explosif.
http://www.rtl.fr/actu/conso/dcns-profite-des-besoins-militaires-de-l-australie-dans-un-pacifique-sud-explosif-7782987523
2016-04-26 11:10:57
http://media.rtl.fr/cache/gl6pvlaEcTbh2ArORgxX8w/330v220-2/online/image/2016/0426/7782990977_dcns-fabriquant-de-sous-marins-militaires.jpg