Claude Guéant : "Nicolas Sarkozy est totalement concentré sur la crise européenne"

Le ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration répondait aux questions d'Alba Ventura mercredi matin.

Claude Guéant sur RTL le 26 octobre 2011
Crédit : RTL
Claude Guéant sur RTL le 26 octobre 2011

Alba Ventura : Bonjour, Claude Guéant.

Claude Guéant : Bonjour, Alba Ventura.

On attend encore les résultats définitifs en Tunisie ; mais il se confirme que le parti islamiste Ennahda est en tête ; il va devenir la première force politique du pays. Quatre Tunisiens sur dix ont voté pour ce parti islamiste. Ca vous inquiète ? (Tunisiens de France, pardon)

Oui, je crois que de toute façon, il ne faut en aucun cas regretter l'appui que nous avons apporté à la révolution de jasmin en Tunisie, de la même façon qu'il ne faut en aucun cas, regretter l'action que nous avons conduite au côté des Libyens pour chasser la dictature du colonel Kadhafi. La France est résolument contre les dictatures ; elle est auprès des peuples qui veulent se libérer, elle est favorable à l'installation de la démocratie dans tous les pays qui en sont actuellement dépourvus.

Alors, ensuite il faut faire confiance à la responsabilité de ces pays. J'observe qu'en Tunisie, Ennahda effectivement apparaît être le vainqueur de ces élections, en ce sens qu'il est celui qui rallie le plus de suffrages ; mais force est de reconnaître qu'Ennahda ne pourra pas gouverner seul, de toute façon. Donc, il y aura une coalition...

... Non, mais il y a une vraie poussée islamiste...

Il y a une poussée ; mais ce qui est important, c'est ensuite la politique qui sera mise en œuvre.

Par ailleurs, l'islamisme correspond à beaucoup de définitions. Ennahda souvent déclare son ouverture au monde moderne, son peu de rigorisme. J'observe également - j'en parlais hier avec des ambassadeurs de pays musulmans - que beaucoup de pays ont une référence à l'Islam dans leur constitution, mais néanmoins, appliquent des lois de caractère laïc. Donc faisons confiance, faisons confiance à la très belle jeunesse tunisienne qui d'après ce que je vois dans la presse, ne cesse de rappeler son attachement à la liberté, à l'égalité entre les hommes et les femmes. Faisons confiance.

Mais soyons aussi vigilants. Je crois qu'il faut que la France dans la mesure où avec d'autres appuient les développements de ces pays, soit très attentive à ce qu'il n'y ait pas de dérive qui serait condamnable au regard des Droits de l'Homme.

Confiance mais vigilance sur la Tunisie. Ce soir, Claude Guéant, se joue un sommet crucial à Bruxelles, le deuxième en quatre jours. L'objectif est de sauver la zone euro. Hier, au petit déjeuner de la Majorité, Nicolas Sarkozy a dit ceci : "Jamais l'Europe n'a été aussi proche de l'explosion". On en est là, Claude Guéant ?

C'est vrai que ce sommet, ce soir, est un sommet absolument crucial. S'ils ne réussissaient pas, ce serait extrêmement grave pour l'Europe.

C'est historique même ?

Ah, je crois que c'est tout à fait historique. Nous sommes effectivement à la croisée des chemins. L'Europe est sous l'observation, sous le regard des marchés, sous le regard du monde entier puisque le développement du continent européen conditionne pour une large part le développement du reste du monde sur la plan économique ; et il faut absolument réussir, ce soir.

Mais on est proche du chaos ? du gouffre ?

Ecoutez, si on ne réussit pas, c'est grave.  Mais pourquoi ne pas avoir confiance dans un succès ! En tout cas, il est certain que les principaux responsables aux premiers rangs desquels le Président de la République française vont se battre avec toutes leurs forces de conviction, avec toute leur imagination pour trouver des solutions. Ce que j'observe quand même c'est que déjà, il y a un certain nombre de solutions de principe qui ont été trouvés, par exemple. Dès dimanche, les dix-sept de l'Euro-groupe se sont mis d'accord sur la recapitalisation des banques en Europe. C'est déjà un point qui est important.

Alors, demain soir, justement le Président va expliquer tout cela à la télé sur TF1 et sur France 2.Il a raison de dramatiser la situation, Nicolas Sarkozy ?

Vous savez, je ne sais pas pourquoi vous dites : dramatiser parce que voici des mois...

... "Au bord de l'explosion". Ca fait un peu peur, non ?

Mais voici que des mois, toute la presse et beaucoup de responsables politiques...

... Et c'est grave ?

... Appellent le Président de la république à s'exprimer pour expliquer la Crise.
Donc, je crois qu'aujourd'hui, tout le monde devrait être satisfait. Mais de toute façon, c'est normal que dans des circonstances comme celle-là, le Président de la République s'exprime pour expliquer aux Français les acquis d'une négociation qui est cruciale, je le répète, pour l'Europe.

Alors la campagne présidentielle n'est jamais très loin, malgré cette crise. Hier soir, vous avez participé à un comité stratégique à l'Elysée. Autour du Président, il y avait François Fillon, Alain Juppé, Jean-Pierre Raffarin. Vous préparez la campagne sur le thème de la crise ?

Non, le comité stratégique se consacre davantage à des questions d'actualité proches et hier soir, pour vous faire une révélation, il a été beaucoup question du sommet de ce soir et de l'intervention à venir du Président de la République.

Mais Nicolas Sarkozy est en campagne ? Vous nous le confirmez ?

Non. Nicolas Sarkozy est complètement concentré sur ses fonctions de Président de la République. Il est vraiment, c'est très frappant, enfin nous l'observions tous hier soir : son problème, c'est effectivement répondre aux difficultés que la France a à affronter. Et en l'espèce, elles passent par l'intermédiaire de l'Europe et c'est ça son travail.

Alors, bon, il sera candidat, je n'en doute pas un instant mais ce n'est pas le moment. Le moment n'est pas venu, chaque chose en son temps.

Parlons de la police, maintenant, Claude Guéant. Dans l'affaire dite des "fadettes", ces affaires de surveillance téléphonique liées au dossier Bettencourt, Bernard Squarcini, le patron du Renseignement Intérieur, a été mis en examen. Vendredi, on saura si le chef de la Police nationale, Frédéric Péchenard, subit ou pas le même sort.S'il est mis en examen, Frédéric Péchenard, est-ce qu'il sera suspendu ?

J'aurais la même réponse à l'égard de Frédéric Péchenard que celle que j'apportais à propos de Bernard Squarcini. Bernard Squarcini a été mis en examen. Une mise en examen ne signifie pas une culpabilité. Et d'ailleurs, beaucoup d'experts  estiment que les chefs de mise en examen sont fragiles. En effet, des décisions de la Cour de Cassation, de Cour d'Appel ont déjà indiqué que des technologies voisines de celles des fadettes - voisines, parce qu'elles n'existaient pas, il y a quelques années -  ne correspondaient pas du tout à des viols de correspondance.

Mais voilà quelqu'un qui est mis en examen. Il n'est pas coupable, il est présumé innocent. Il est à la tête d'un service qui est essentiel à la sécurité des Français. Il est un très bon chef de service. Les juges d'instruction - puisqu'ils sont deux - n'ont pas mis de conditions à l'exercice de ses fonctions. Donc, il peut continuer l'exercice de ses fonctions.

Il y a une série d'affaires qui ont émaillé l'actualité : Michel Neyret, à Lyon, une affaire de corruption ; Jean-Christophe Lagarde à Lille, c'est l'affaire du Carlton, de proxénétisme ; un enquêteur du SRPJ de Marseille aussi qui a été écroué pour avoir informé "le milieu". Ca ne sent pas bon dans la police dans toutes ces affaires !

Ah ce sont effectivement des faits qui sont extrêmement regrettables, qui sont tout à fait anormaux...
 
... Ca vous affaiblit ?

Je ne sais pas si ça m'affaiblit ; le problème, ce n'est pas ça. Le problème, c'est de faire en sorte que la police fonctionne bien. J'ai tiré les conséquences, bien sûr, de ces errements. Il  y a eu plusieurs mises en examen à Lyon ; il y a eu une mise en examen à Lille ; cela ne révèle pas un malaise de caractère général. Cela est anormal. Cela crée un peu de perturbations dans les services qui sont directement impactés. Ce n'est pas la peine de se cacher que le service de police judiciaire de Lyon est déstabilisé ; mais nous sommes en train de le reconstruire ; et puis, l'ensemble de la police continue à travailler comme par devant, d'arrache-pied, avec beaucoup de dévouement, et les résultats sont là d'ailleurs pour le prouver.

Claude Guéant, si l'on en croit "Le Figaro", vous avez rencontré Rachida Dati, lundi soir, pour lui proposer une autre circonscription à Paris que celle que vise le Premier ministre, c'est vrai ?

 J'ai vu effectivement cette information dans "Le Figaro", ce matin. Il est exact que j'ai rencontré Rachida Dati et Jean-François Copé. Cela étant, ce n'est pas moi qui ai fait la proposition. La proposition m'a été faite à moi, ce qui est tout à fait différent.

On peut laisser un membre de la Majorité s'en prendre au Premier ministre, comme l'a fait Rachida Dati ?

Ecoutez, chacun est libre. Cela étant, si vous voulez mon sentiment, je trouve que ce type de discussion est tout à fait hors du temps. Nous avons des problèmes sérieux à affronter. Occupons-nous des problèmes sérieux. Les Législatives viendront, il y a des procédures, des commissions d'investiture, laissons les règles jouer.

Merci Claude Guéant
2012 et vous

par Jean-Michel AphatieJournaliste RTL
Suivez Jean-Michel Aphatie sur :
VOUS AIMEREZ AUSSI
PLUS DE VIDÉOS
Commentaires

Afin d'assurer la sécurité et la qualité de ce site, nous vous demandons de vous identifier pour laisser vos commentaires. Cette inscription sera valable sur le site RTL.fr.

Connectez-vous Inscrivez-vous

fermer
Signaler un abus
Signaler le commentaire suivant comme abusif
500 caractères restants
article
7729531971
Claude Guéant : "Nicolas Sarkozy est totalement concentré sur la crise européenne"
Claude Guéant : "Nicolas Sarkozy est totalement concentré sur la crise européenne"
Le ministre de l'Intérieur, de l'Outre-Mer, des Collectivités territoriales et de l'Immigration répondait aux questions d'Alba Ventura mercredi matin.
http://www.rtl.fr/actu/claude-gueant-nicolas-sarkozy-est-totalement-concentre-sur-la-crise-europeenne-7729531971
2011-10-26 11:22:00
http://media.rtl.fr/cache/tf88SuVMNvgSUSROMz4eWw/330v220-2/online/image/2011/1026/7729539324_claude-gueant-sur-rtl-le-26-octobre-2011.jpg